Le presbyterium de Ruhengeri a tenu sa première réunion ordinaire en 2020

En dates du 24 au 25 février 2020, dans la Grande salle de réunion du Centre Pastoral Bon Pasteur, le presbyterium de Ruhengeri s’est réuni pour sa session ordinaire, présidé par Monseigneur Vincent HAROLIMANA, Évêque du Diocèse de Ruhengeri. Trois points étaient à l’ordre du jour :

• Comment est la sanctification du jour du Seigneur ?
• Eucharistie, source de vie chrétienne authentique, d’engagement pastoral indéfectible, d’unité de notre presbyterium et de fraternité sacerdotale ;
• Les initiatives en cours et les perspectives envisagées au sein dans les différentes paroisses et des services diocésains en rapport avec cette année dédiée spécialement à l’Eucharistie.

Parlant du jour du Seigneur, aidé par l’Abbé Théophile NKUNDIMANA de l’Archidiocèse de Kigali, qui, s’appuyant sur la Lettre Apostolique Dies Domini de Jean Paul II, a invité ses confrères prêtres à redoubler d’efforts pour respecter et faire respecter le Jour du Seigneur, qui est aussi un droit inaliénable de tout Chrétien, le jour de la Résurrection, le Jour au cours duquel le Peuple rencontre son Dieu. Il a été remarqué que, quand bien-même la participation au Dimanche, au sein de nos communautés, reste encore satisfaisante, la perte progressive du sens du dimanche se fait sentir. La société se sécularise du jour au lendemain si bien que pour un nombre non-négligeable des fidèles, la célébration du Dimanche est devenue facultative. Il existe aussi d’autres pratiques qui naissent comme des pèlerinages, des dévotions, des manifestations culturelles et sportives, etc., qui ruinent la pratique dominicale. Les prêtres s’engagent à travailler en synergie pour défendre le jour du Seigneur d’une manière plus renouvelée.

Le second point a été pour les prêtres une occasion de retourner à la Source de leur vocation, eux qui sont ministres de la Nouvelle Alliance, scellée dans le Sang du Christ, notre Pâques, qui est actualisée en chaque Eucharistie. Les prêtres sont intimement liés à l’Eucharistie, si bien qu’ils ne sauraient se comprendre sans elle.Ils se sont engagés à profiter de l’année dédiée spécialement à l’Eucharistie pour puiser davantage à cette Source à laquelle ils abreuvent le reste du troupeau.

C’est à partir du second point qu’ont été examinées les initiatives en cours pour la célébration de l’année spéciale dédiée à l’Eucharistie. Le Diocèse de Ruhengeri compte profiter du 52è Congrès Eucharistique qui aura lieu à Budapest en dates du 13 au 20 septembre 2020, pour poser des actes concrets qui conduiront au renouveau eucharistique. Seront organisés des conférences, pèlerinages, catéchèses, l’adoration, ouvres de charités, etc., non pas avec un but de remplir l’agenda mais en vue d’une plus grande vitalité du peuple de Dieu.Il a été souligné que le renouveau eucharistique conduit au réveil de la foi et à une vie chrétienne plus authentique, car l’Eucharistie transforme l’Église de l’intérieur, permettant à Celui qui s’offre au Père de faire de ses frères une éternelle offrande à sa plus grande gloire.

À la fin de la réunion quelques conclusions et résolutions ont été tirée :

• Tous les fidèles devront été sensibilisés et rappelés que le respect du Jour du Seigneur est conforme à la volonté du Seigneur et ne devrait pas être banalisé. En cette matière, tous les fidèles devront faire preuve de foi qu’ils doivent défendre avec conviction et fermeté, afin d’éviter de faire croire que les catholiques relativisent leur foi ;
• Au cours de cette année dédié à l’Eucharistie, les fidèles seront aidés à entrer plus profondément dans le Mystère que célèbre la Sainte Liturgie. La « Lex Orandi » figurera parmi les priorités catéchétiques ;

• La fête du Corps et du Sang du Seigneur du 14 juin 2020 portera un accent particulier car elle offrira l’occasion de célébrer le Congrès Eucharistique au niveau diocésain ;
• Le culte Eucharistique sera mis en valeur et là où les conditions le permettent, une chapelle sera dédiée à cette fin ;
• Les catéchèses seront données aux diverses catégories des fidèles ;
• Les membres du presbyterium ont réaffirmé avec force leur engagement pour la pastorale de proximité. Reconnaissant avec gratitude les efforts de tous les fidèles pour la construction et l’inauguration des nouveaux édifices paroissiaux, Murama et Bumara, ils comptent conjuguer des efforts pour terminer des nouvelles paroisses de Busengo, Kanaba et Musanze. Il faut rendre grâce et se réjouir du fait que de plus en plus, les fidèles prennent conscience que l’Église leur appartient et que son auto-prise en charge et protection leur reviennent en premier lieu.

Cette réunion, la deuxième pour l’année pastorale 2019-2020, s’est clôturé, mardi le 25 février 2020, sur les agapes fraternelles et la bénédiction finale. Le prochain rendez-vous est prévu en dates du 25 au 26 mai 2020.

Abbé Norbert NGABONZIZA